Les anti-inflammatoires

Récemment, j’ai entendu de la part de certains adhérents qu’ils prenaient des anti-inflammatoires afin de pouvoir suivre leurs entraînements … Ceci m’inquiète en temps que Head Coach soucieux de votre santé !

anti-inflammatoires

 

Les effets sur le système digestif

La prise d’anti-inflammatoires est courante chez les sportif professionnels car la plupart du temps ceux-ci permettent de repousser le seuil de la douleur et ainsi pouvoir se dépasser. Toutefois, ceci avec les conséquences qui en découlent c’est à dire la mise en danger du système intestinal.

Les mises en garde et les précautions d’emploi qui apparaissent sur les notices d’accompagnement mettent justement en avant les risques digestifs (hémorragies gastro-intestinales) pouvant être déclenchés par ces médicaments.

Pour tout sportif, l’apparition de troubles digestifs doit être mise en relation directe avec la prise éventuelle d’anti-inflammatoires. Pour ceux qui se savent fragiles sur le plan digestif et chez qui l’exercice prolongé déclenche des troubles digestifs, il est totalement contre-indiqué de prendre des anti-inflammatoires dans les 48 heures qui précédent l’entraînement ou pendant une compétition !

 

Les effets sur le système musculaire

L’exercice intense et prolongé déclenche des phénomènes inflammatoires au niveau général mais aussi au niveau musculaire. Il pourrait donc sembler logique de prendre des anti-inflammatoires pour diminuer les atteintes musculaires douloureuses et les courbatures induites par les compétitions.

En fait, différents travaux ont montré que – dans les 48 heures suivant les compétitions – les Athlètes ayant pris des anti-inflammatoires en préventif avaient des marqueurs biologiques de souffrance musculaire plus élevés que ceux qui n’avaient pas pris de traitement. Ces recherches sont en accord avec les orientations thérapeutiques actuelles qui déconseillent les anti-inflammatoires dans les quelques jours suivant une blessure traumatique comme une entorse ou une lésion musculaire.

 

Les effets dangereux sur le plan cardio-vasculaire

De nombreuses études récentes montrent que les Anti-inflammatoires sont impliqués dans la survenue d’accidents cardio-vasculaires au repos ou à l’exercice.

Les activités physiques et sportives font monter la tension. Or, les anti-inflammatoires ont un effet hypertenseur. De ce fait, chez un patient traité pour une hypertension, ils ne doivent être prescrits qu’exceptionnellement et avec une grande prudence.

Enfin, à doses élevées et en cas de prise sur de longues périodes, les anti-inflammatoires peuvent être à l’origine de la survenue d’accidents cardio-vasculaires graves : accidents coronariens aigus, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux.

Voici quelque arguments plutôt lourds et très probants en défaveur de la prise pour d’anti-inflammatoires chez les sportifs et notamment ceux de la famille des inhibiteurs de la COX2.

 

Les effets dangereux sur le plan rénal

La déshydratation induite par l’exercice – notamment lors d’efforts prolongés ou en atmosphère chaude – s’accompagne d’un manque de sel (hyponatrémie) et d’une atteinte rénale. Les anti-inflammatoires peuvent également aggraver fortement l’atteinte rénale induite par le manque d’hydratation.

 

Pour conclure

A mon sens, voilà assez d’arguments pour vous dissuader à prendre des anti-inflammatoires et plutôt écouter votre corps. Comme je le dis souvent, il s’agit de votre meilleur ami ! Prenez du repos apprenez à écouter votre corps et il vous le rendra x1000.

Vos coaches sont qualifiés et ils trouveront toujours une solution/adaptation pour vous faire transpirer !

José Lara, Head Coach

By | 2017-07-19T17:45:35+00:00 juillet 19th, 2017|Fitness, Health|0 Comments

Leave A Comment

*